Partagez | 
 

 Etan } As we dance with the devil tonight.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
,
avatarHi darling, i'm Etan J. Evans, nice to meet you. ♥
,


»Messages : 26

»How old are you : Eighteen, honey. ♥
»Where are you : ... Dans le lit de Jane ? 8D ♥
»What's your job : Chieur dragueur, c'est un métier ? Sinon euh, esclave de Dolce. çwç


Heart Card
»Your Quote: I don't care 'bout anything but you...
»Your Mood: ... 8D

MessageSujet: Etan } As we dance with the devil tonight.    Ven 29 Oct - 16:11


You blast your name in graffitis on the wall.
    Feat } Ruby - Pokemon.
    Nom : Evans.
    Prénom : Etan Juliet. « J'en ai pas honte, mais je préfère Romeo. Ou Peter Pan ! »
    Age : 18 ans. « Mais tout le monde dit que j'ai 5 ans dans ma tête... »
    Classe sociale : Outsider. « Il était cute le lapin, j'suis sûr que si je l'avais offert à une fille, elle me serait tombée dans les bras ! »
    Orientation sexuelle : Euh... hétéro ? « S'naze de courir après les garçons, ça a même pas de jupons. »
    Comment est-il arrivé ici ?
    «
    Hm... Alors, voyons, si je me rappelle bien, parce que c'était quand même y'a quoi ? Cinq mois, je crois. C'était en pleine nuit, déjà. J'étais en train de rentrer chez moi mais... J'me rappelle plus ce que je foutais dehors à une telle heure, par contre. Enfin bref, y'avait un lapin dans la rue, je sais pas ce qu'il foutais là... Et puis quand j'l'ai approché pour tenter de l'attraper et de l'emmener dans le parc pas loin, ben il a fuit. Alors du coup je lui ai couru après et il est allé lui-même dans le parc en fait. Sauf que j'ai continué à le suivre, parce qu'en fait il était cute et puis j'aime les lapins sisi j'vous jure ! Et après euh. Je sais plus trop ce qui s'est passé. Y'avait une sorte de porte entre des arbres. J'ai pas cherché à comprendre et j'ai suivit le lapin au travers. Et tadam, Etan est dans la place ! »



Do I attract you, do I repulse you with my queasy smile ?


Cette description a été faite avant son arrivée à Madland, Etan avait encore 17 ans à cette époque là, mais elle reste tout à fait valable. Sauf qu'Etan a réussit à pousser d'un centimètre, donc 1m83.

    *toc toc*
    « Entrez. »

Un jeune garçon entre dans la pièce. Enfin, jeune. Dans les 16, 17 ans. Au vu de sa silhouette et de sa carrure, on pourrait presque penser qu'il a 18 ans. Ça conviendrait au personnage en plus, d'avoir redoublé. Mais là n'est plus le sujet, n'en dévions donc pas.

Donc. Sa silhouette. Oh, non, il n'est pas gros, ni même particulièrement large. Les muscles, c'est pas trop son truc, et pourtant il est sportif ─ il suffit, pour le constater, de demander à son professeur d'EPS. Ou de le regarder courir dans les couloirs, coursé par quelqu'un. Non, il est plutôt svelte, justement. En le voyant on penserait même qu'il a une force de fromage blanc. Pourtant il s'est souvent retrouvé dans ce même bureau pour bagarres ─ qu'il a, semblerait-il, plus souvent gagnées que perdues. Donc, il est svelte, et il est grand. A vue d'oeil, on dirait qu'il fait dans le mètre 80, peut-être légèrement plus. 82, peut-être ? Oui, ça semble être ça. Si on observe plus en détail, on remarque que sa taille est particulièrement explicable par ses jambes. De grandes et longes jambes qui expliquent également sa vitesse, avec bien sûr sa manie de courir sans arrêt ─ qui semblerait être régulièrement son seul moyen pour rester en vie. Sinon, on peut remarquer que son buste est droit et de taille plutôt normale, alors inutile de s'étaler là dessus.

    « Hm... Vous m'avez fait demander, monsieur le directeur ? »

Ah. Il a l'air gêné. Cela lui donne un air bien plus mature qu'à son habitude. Parce que oui, c'est son visage qui casse l'image de jeune homme de 18 ans qu'il donne, au début. Certes, son caractère également, mais cessons donc les dérivations, cher directeur.

Il vous regarde. Et finalement baisse ses yeux rouges pour regarder le sol. Rouge... Ce n'est pas bien courant, comme couleur. C'est même... Carrément pas banal. Chaque fois, vous vous dites que ça doit être la faute de la lumière, et qu'il a en fait les yeux marrons. Ou alors vous vous demandez si il n'a pas un problème quelconque. Mais vous n'avez jamais réellement eu l'occasion de lui en parler. Ni même à sa mère, d'ailleurs.

    « Asseyez-vous. »

Et il obéit. C'est plutôt rare venant de lui, mais ce doit être parce que cette fois il n'est pas sur les nerfs à cause d'une quelconque bagarre. Soit. Son regard évite soigneusement le votre pendant que vous détaillez son visage, preuve flagrante de son immaturité. Enfin, dans le cas actuel, ce n'est pas si flagrant que ça. Et finalement, en y réfléchissant, son visage ne donne pas vraiment un air gamin à ce garçon. Finalement, c'est plus les têtes qu'il fait, ses mimiques, qui lui donnent une impression d'immaturité. Parce qu'elles sont elles-même immatures. Elles montrent bien son caractère turbulent et passablement enfantin, comme ses grands sourires qui se veulent similaires à ceux des publicités pour dentifrices et qui lui donnent un air... Disons stupide et gamin. Ou sa manie de gonfler une joue en fronçant les sourcils lorsqu'il est vexé, une attitude purement enfantine. Il y a encore de nombreux exemples, mais arrêtons nous donc là. Comme diraient certainement les élèves, ses mimiques lui donnent un air de gros chieur. Et c'est ce qu'il est.

    « Bonnet.
    .. Ah, pardon. »

Au moins, sans ce bonnet blanc quelque peu étrange, il vous ôte cette impression d'être face à un albinos à la coiffure plutôt... originale. Et en regardant ses cheveux, mis certes en bataille par l'enlèvement du bonnet qui les recouvrait, et en les comparant avec le caractère de leur propriétaire, vous comprenez mieux pourquoi il ne s'en sépare presque jamais. Ses cheveux, noirs et courts, presque raides mais tout de même légèrement rebelles, peuvent facilement être qualifiés de banals, et vous doutez difficilement que ce garçon apprécie la banalité. Une frange particulièrement inégale est à moitié tombée devant ses yeux lorsqu'il a ôté son bonnet, et quelques mèches se sont à moitié dressées en épi sur le sommet de son crâne, et il passe sa main dans les cheveux pour tenter de les remettre correctement. Une main fine, aux doigts longs, et finalement vous vous demandez comment de telles mains ─ vu qu'évidement les deux sont pareilles, soyons logiques ─ peuvent écrire si... mal.



Rêve ta vie en couleur, c'est le secret du bonheur.


Ah, vous voulez connaître le caractère de Mister Evans ? Ça va être marrant, tiens. Je vous aurais bien carrément proposé de rencontrer directement Etan mais... Actuellement, il est en cours. ... Ah, c'est une idée. Squattons la salle, vous verrez bien.

    « Etan Juliet Evans ! Puis-je savoir pourquoi vous êtes ENCORE en retard ?
    C'est mon bonnet madame, il voulait pas que je l'enlève alors il m'a forcé à rester dans le couloir !
    ... C'est d'une intelligence...
    Je sais. »

Bon, commençons par le commencement, donc. En deux phrases, vous avez deux informations presque capitales sur Etan. Dans la première phrase, vous pouvez deviner qu'il est stupide. C'est pas un fait scientifiquement prouvé, mais ça se voit, tout de même. Enfin, bien sûr, sa stupidité est volontaire. Vous verrez plus tard ─ normalement ─ pourquoi j'en suis si sûre. Ensuite, vous avez potentiellement remarqué l'air suffisant qui accompagnait son « Je sais ». Mais encore, ce n'était qu'un vague aperçu de sa vantardise, vous savez. Etan est capable de bien pire, niveau « j'me la pète dès que vous me faites un pseudo-compliment ».

    « Evans, qu'est-ce que vous avez dans la main ?
    ... Alors madame, je vous présente un livre ; je pourrais même dire qu'il s'agit ici d'un livre d'Histoire-
    Français.
    Ah ouais, merde. Un livre donc, ce qui est un-
    Dans votre main, Evans. Pas sur votre table.
    ... Quelle main ? Vous savez très bien que je suis un pingouin !
    On dit pas manchot plutôt ?
    Toi, je t'emmerde. »

Etan n'est pas vulgaire, et encore moins susceptible. ... Oui, c'est de l'ironie. Mais bon, disons tout de même qu'il y a pire que mister Juliet. Il est vulgaire certes, mais en général ce n'est rien de bien méchant ; juste des gros mots qui sortent tout seuls, et deux-trois insultes presque inoffensives. En susceptibilité aussi, on en fait des pire, du genre ceux qui s'énervent clairement au moindre truc qui leur plait pas. Non, Etan n'est pas de ce genre : lui il encaisse, plus ou moins euh joyeusement disons, réplique parfois, mais se vexe difficilement. Enfin... En apparence, quoi. Mais on peut voir quand il commence à se vexer : il essaye de clouer le bec à la personne. Enfin, quand il est visiblement vexé et passe donc à la colère ou sa limite... Ça peut faire des dégâts. Mais rassurez vous : quand Etan est en colère, ce sont en général les poubelles qui souffrent. Et il s'excuse auprès d'elles après. ... Oui, je suis sérieuse...
Bon et sinon, une dernière chose avant de continuer dans l'écoute de ce cour : Etan déteste être contredit ou reprit. Enfin, ça fait partie des choses qui le vexent quoi.

    « Bon sinon, Evans, et si vous vous mettiez à bosser ?
    Mais je bosse madame.
    Vous vous entrainez à la sieste ?
    Ouais, voilà. »

Oui alors là, nous mettons le doigt sur un point assez... Contradictoire chez Etan. Ou peut-être est-normal chez les adolescents, finalement. Enfin, voyez vous, Etan est quelqu'un capable d'être trèèèèès flemmard selon les choses. Par exemple en cours, c'est un très gros flemmard. Sauf lorsque le dit cours est un cours de physique, de chimie, de maths ou d'svt. Oui parce que voyez-vous, les matières scientifiques c'est... La seule raison pour laquelle Etan n'as jamais redoublé. Et puis en général dans les autres matières, il se démerde pour copier et atteindre la moyenne. Ou pour atteindre la moyenne tout seul comme un grand, et à ce moment là il clame haut et fort que le talent et lui ne font qu'un pendant... Oh, allez, au moins une bonne semaine.
Et donc sinon, à part ça, et tout les autres trucs qui ne lui plaisent pas comme ranger sa chambre, faire le ménage, bref, tout les trucs qu'il trouve indignes de sa personne, Etan est quelqu'un de très... Dynamique. Voire même un petit peu trop pressé. Tellement pressé qu'il n'est pas rare qu'il fasse des bêtises, des conneries, des maladresses, des choses dans le genre.

    « Hé au fait Etan.
    Hm ?
    T'as fait quoi du bracelet que tu m'as piqué hier ?
    . . .
    Bah en fait il était tellement pressé de te fuir qu'il a loupé une marche et s'est rétamé dans les escaliers.
    Et ton bracelet a dû tomber en bas et on l'a pas retrouvé.
    … Vous êtes des boulets. Surtout toi, Etan. Et c'est pas la peine de me faire ton habituel coup du « Désolé » en boucle pendant 20 minutes ça marche pas avec moi. »

Bah, tenez. Nous parlions de sa maladresse tout à l'heure, voilà l'occasion idéale de mieux la détailler. Voyez vous, Etan est... Sûrement un des pires boulets de la terre. Boulet dans le sens qu'il fait tout, mais alors absolument tout tomber de façon parfaitement ridicule et improbable ─ combien de fois son mp3 et son portable se sont-ils retrouvés à violemment rencontrer le sol alors qu'une seconde avant leur propriétaire les tenait fermement dans la main, combien de fois ses lunettes, trousse, cahiers, se sont fait propulser vers le sol à cause d'un malencontreux geste un peu brusque, combien de fois sa mère a crié sur lui parce qu'elle avait eu la mauvaise idée de lui demander de vider le lave-vaisselle ou de mettre la table et qu'il avait laissé échapper une assiette, un verre, et que l'objet en question s'était retrouvé en morceau à ses pieds ? ─, mais également boulet dans plein d'autres sens du terme. Parce que finalement, on peut tout à fait se demander si un adjectif peut lui convenir aussi bien que celui-ci. Parce que Etan est maladroit oui, mais Etan est gaffeur, aussi, et il réfléchit en général après avoir parlé ─ voire même parfois il ne réfléchit pas tout court, c'est trop dur pour ses quelques neurones scientifiques ─, alors il dit souvent de belles et grosses bourdes dignes de celles des films. Et puis en plus il est dissipé et a une mauvaise mémoire. Alors vous pouvez être sûr que si il vous affirme qu'il a parfaitement compris qu'il ne doit pas faire telle chose, dans 90% des cas il ira la faire quand même parce qu'il aura tout bêtement oublié. Etan, ou le gars capable de donner envie de le tuer à la quasi totalité de la population.

    « [blablabla] et comme vous pouvez le voir donc il est sans soucis-
    PHIIIIILOSOPHIIIIIIIIE.
    … Evans...
    Pardon madame.
    Hakuna Matataaaaa !
    Davis, vous n'allez pas vous y mettre aussi ?
    Non madame !
    Bon. Donc, je disais qu-
    Disgrââââce infââââme !
    Parfum d'infâme !
    Qui inooonde mon âââme !
    Oh, ça pue le drame !
    Evans, Davis... Taisez vous.
    Je déclenche une tempête !
    Pitié, arrête !
    A chaque fois que je-hmpf
    Nooon Etan, pas devant la prof !
    … Vous êtes ridicules. »

Admirez la puissance d'Etan capable d'entrainer quelqu'un dans son délire à la vitesse de l'éclair. C'était Etan le squatteur de clavier, à vous les studios.
Hm, donc, je disais. Ridicules, c'est le mot. Mais ce n'est pas le seul. Chiants, aussi. Surtout Etan, Etan le moteur du duo, Etan celui qui est obligatoirement le lanceur de la connerie si elle est faite à plusieurs. Etan le chieur qui embête son monde pour s'occuper quand il s'ennuie. Et une pile électrique certes maladroite comme lui, ça s'ennuie facilement. Donc ça embête souvent les gens. Ça interrompt la prof quand elle parle, ça balance une vanne en plein milieu d'une conversation, ça fait une grooosse crasse à une personne que ça aime pas, ça emmerde son monde, quoi. Et ça aime ça, en plus. Ça a un côté maso, une bestiole pareille. Quand on s'énerve, ça l'amuse. Quand on le frappe, ça le fait rire. Quand on le punit... Bah il en a rien à foutre. Oh, il fait sa punition oui, c'est un bon et brave garçon quand il veut bien, mais il prend pas ça au sérieux. Il prend jamais rien au sérieux, Etan. C'est peut-être pour ça qu'il arrive à avoir des amis. Ouais, des gens comme lui, un peu chiants, un peu maso, un peu pervers, aussi. Tiens, d'ailleurs, regardez.

    « Vise bien, hein !
    Mais oui t'inquiète.
    Mais attend y'a la prof qui- … Trop tard.
    … Evans, vous êtes officiellement la personne la plus discrète que je n'aie jamais rencontrée. Donnez moi ce papier, s'il vous plait.
    Oh, madame, je ne savais pas que vous étiez intéressée parce ce que j'ai écrit sur ce truc, vous êtes jalouse ? Si vous voulez vous pouvez considérer que c'est pour vous.
    Arrêtez de faire le malin Evans, de toute manière vous savez pertinemment que quelque soit la formulation, je ne cèderais pas à vos avances.
    On peut en parler à la fin du cours si vous préférez madame.
    Non, sans façon, vraiment. »

Oui donc, oui, Etan drague même ses profs, de temps en temps. Oh, bien sûr, c'est en général pour déconner, il se débrouille mieux avec les demoiselles de son âge. … Ah bah oui, c'est impossible de parler d'Etan sans mentionner le fait qu'il s'agit là d'un... Gros pervers dragueur qui coucherait avec tout ce qui bouge, si il en avait la possibilité. Sauf que les garçons ne l'intéressent pas plus que ça. Et sans oublier qu'il trouve facilement des sous-entendus un peu partout, et qu'il en fait lui-même assez souvent, en fait.

Donc en gros, un Etan c'est quoi ? C'est un truc chiant, boulet au possible, particulièrement stupide et pourtant très intelligent quand il s'y met, intéressé uniquement par le sport, les conneries, les matières scientifiques et le sexe. Hm, oui, je pense que c'est un bon résumé, ça.




Quand j'étais petit, j'étais un Jedi.

« Pourquoi on m'a donné un micro si c'est pas pour que je le mange ? ... Pour que je parle ? Mais d'habitude on me dit toujours de me la fermer. Vous êtes bizarres. Vous voulez me piéger hein, avouez ! ... Maggle ? Mais faut savoir, tout à l'heure vous vouliez que je parle ! ... Parler de moi ? De ma vie ? Vous êtes définitivement étranges, je compte même plus le nombre de « C'est pas 3615 Raconte ta life ici » qu'on a pu me sortir... Mais arrêtez de me dire de me taire, c'est de ma vie que je parle là ! Beuh, je suis un persécuté, un incompris, un- Ma vie depuis le début ? Mais fallait le dire avant ! Allez, go go go !

Donc d'abord, faut savoir que je suis né le 08 Août au soir. Et que ma date de naissance est la plus classe au monde. Parce que le 8 c'est le plus classe des nombres, même si j'aime tout les autres aussi. Ah, vous savez ce que dit un 0 en croisant un 8 ? ... Oui pardon je m'égare désolé je le ferais plus ─ j'essayerais ─ désolé désolé ! Euh donc, on m'a dit qu'il faisait beau cette nuit. J'adore les nuits d'été d'ailleurs, surtout quand on voit les étoiles ! Ah et puis d'abord je suis né en Amérique. Enfin d'abord, aussi, plutôt. Bref, je sais pas parler et je vous emmerde, je suis pas français d'origine hé, je suis né aux States moi, in California ! Oui j'entends d'ici vos « Pourquoi t'y es pas resté ? ç__ç » désespérés. Ne niez pas, je suis télépathe ! Et puis ne me forcez pas à sauter des étapes de ma vie, après vous allez râler que je vais trop vite, bla, bla.

Ah, vous savez que les médecins de l'hôpital ils avaient eu peur que je sois albinos ? Parce que à cause de la lumière bah mes yeux avaient l'air rouge. Quand on me l'a raconté ça m'a fait rire parce que en fait maintenant avec mon bonnet blanc quem'adonném'amamie tout le monde me prend pour un albinos. Mais c'est vrai il suffit de pas beaucoup de lumière pour que mes yeux aient l'air rouge. Pourtant ils sont marrons ! C'est bizarre. Ça fait peur à certaines personnes des fois fufufu. ... Ah oui mon histoire, pardon, j'avais zappé.

Euh. Attendez je réflechis à ce qu'il a pu se passer en Amérique. Hm. Nan j'vois pas. J'étais un gosse normal et je faisais des conneries depuis toujours. Même que j'adorais soulever les jupes des filles. Et même que je retenais combien j'en avait vues de telle couleur ! ... Et ne me regardez pas comme ça, j'étais déjà pervers quand j'étais gosse et alors ?! Ah et puis on m'a vite conseillé de porter des lunettes aussi. Genre vers euh. Attendez j'avais quel âge déjà ? 8 ans je crois. Enfin bref je les mettais jamais quoi, parce que j'aimais pas. Et puis que voilà quoi, quand t'es gosse t'as toujours des préjugés quoi, genre les garçons à lunettes c'est des intellos, toussa. Déjà que j'm'en sortais facilement en cours, alors si en plus j'avais des lunettes j'étais fini et on me persécutait à la place du gars que j'me rappelle plus de son nom. Mais même son nom faisait intello en tout cas. Et puis il était un des plus petits de la classe et puis c'était un rabat-joie et puis il se cachait toujours derrière sa maman. Ah putain qu'est-ce qu'il pouvait m'énerver avec ses « Maman a dit » sans arrêt et surtout chaque fois qu'il tentait de m'empêcher de faire ce que je voulais ─ c'est à dire une de mes quelconques conneries habituelles. Ou quand je me faisais gronder parce qu'il s'était plaint de moi grrr. Bon j'arrête de parler de ce stéréotype sur pattes et je vais shooter dans une poubelle. Je reviens.

[...]

Ça fait du bien... Alors, j'en étais où ? Ah oui, l'autre ringard d'abruti à lunettes là. S'lui qui m'a dégouté des lunettes. Pour ça que j'en ai jamais mis avant de plus pouvoir voir nettement la télé depuis le canapé. Et que j'ai jamais pris l'habitude de les mettre. Même si maintenant j'aime bien les porter pour le fun. Parce que j'en ai plus besoin, justement ~

Enfin, bref. Je suis resté en Amérique que jusqu'à 10 ans. Ou peut-être 11... Uh, je sais plus. Tout ce que je me souviens, c'est que je suis entré au collège direct à mon arrivée en France. Par contre je déteste parler du pourquoi du comment on a déménagé ma maman et moi. Mais comme je vous aime bien ─ ou plutôt que j'ai pas le choix parce que je vais me faire frapper si je raconte pas ma vie ─ ben je vais vous en parler.

...

Vous savez, j'aimais beaucoup mon papa. Je sais même pas si à cette époque je préférais pas mon papa à ma maman. Bien sûr maintenant on me pose cette question je ris tellement c'est ridicule et impossible de répondre ─ et après je vais chialer dans un coin loin de tout tiens. Mais à cette époque j'étais qu'un gosse qu'aime pas qu'on le gronde, ce que ma maman faisait souvent vu le nombre de conneries que je faisais, alors c'était une méchante à mes yeux. Et mon papa bah c'était le stéréotype du papa fort, fier et droit, ferme mais attentionné. Le papa parfait, le genre d'homme auquel les petits garçons veulent ressembler. Mon papa c'était le meilleur, le plus parfait du monde, d'abord. Même que j'étais jalousé parce que mon papa avait trop la méga classe. Même que mon papa, j'en était fier. Même que mon papa, bah je l'aimais.

Même que je pleurerais pas. J'en ai même pas envie d'abord. ... Bon d'accord si, mais osef.

Mon papa un jour il était en retard. Normalement il était toujours pile à l'heure du repas et tout. Mais ce jour là bah il était pas encore arrivé. Et puis à un moment y'a quelqu'un qu'à toqué à la porte. Alors moi bah j'ai ouvert parce que j'avais hâte de voir mon papa et tout. Sauf que, vous l'aurez sûrement deviné, bah c'était pas mon papa. C'était des policiers. Dans ma naïveté de gosse de 10 piges, j'ai appelé ma maman, et j'ai pas voulu partir quand elle m'a dit d'aller dans ma chambre. Parce qu'elle avait l'air d'avoir peur alors je voulais pas qu'elle reste seule. Je voulais faire comme papa et la protéger moi aussi même si dans ma tête c'était une méchante. Ah peut-être que sans m'en rendre compte j'avais déjà compris que ça serait à moi de le faire, maintenant.

Ma maman et les messieurs, ils ont parlé de mon papa. Et moi j'écoutais. J'ai pas compris quand ils ont parlé d'un accident pas loin, avec mon papa dans la voiture accidentée. Ni quand les larmes ont coulé des yeux de ma maman. Peut-être que je voulais juste pas comprendre en fait. Genre, système d'auto-défense : je veux mais c'est dangereux donc je peux pas. Mais j'ai fait un câlin à ma maman. Et je me souviens quasi précisément de ma question. « Papa il viendra plus ? » J'devais avoir l'air tellement innocent que j'me rappelle la pitié dans les yeux du gars qui s'est penché pour être à ma hauteur. Et la tristesse de briser mon petit monde tout coloré remplit de culottes et de mon papa et ma maman. Et son « Non, désolé p'tit gars. », c'est ça qu'a changé ma vie.

... Vous voyez, j'ai pas pleuré en parlant de ça ! Je suis fort et courageux ! Maisj'aienviedevomir.

Bon donc après ça, ma maman elle a commencé un grand rangement dans la maison après avoir passé une nuit et un long coup de téléphone à pleurer. Ce qu'il me restait d'innocence de gamin m'a même permit de penser qu'elle aillait se dessécher, à ce rythme. Mais non ma maman est pas devenue une momie toute fripée. D'ailleurs ça doit être de ma maman que je tire ma force. Elle a pas sombré en dépression alors qu'elle aimait tellement mon papa que leur histoire me faisait presque penser à un conte de fée parfois, elle n'est pas devenue alcoolique ni rien. Elle pleurait même quasiment plus après ça. Elle devait vraiment avoir perdu trop d'eau... Mais moi je suis tellement fort que j'ai jamais pleuré ! ... Bon, d'accord, j'arrête les mensonges. De toute façon s'pas le sujet.

Ma maman c'est la plus forte des mamans du monde. Et la plus belle et la plus gentille. Ouais autant dire que mon avis sur ma maman a radicalement changé après ça. Son comportement avec moi, aussi. Et mon comportement tout court, un peu. Je suis resté un crétin, mais y'a des choses qu'on changé. Et c'était pas toujours meilleur.

Et on est arrivés en France. Oui parce que il me semble que j'ai oublié de le dire, mais ma maman elle était française. Je sais pas si ça se voit dans son nom, Tabatha. Ça fait pas si français que ça en fait... Enfin j'en sais rien j'suis pas français alors ça aide pas. Mais j'adore le prénom de ma maman ! Il a la classe, comme elle ! ... Pardon. Oui donc alors, bah pour tenir le choc elle a voulu retourner chez ses parents qui vivaient en France. C'était bien chez eux, j'étais chouchouté et tout, de quoi remonter le moral et se dire que la vie continue ! Ça nous a fait beaucoup de bien à ma maman et à moi en fait, notre séjour chez eux. En plus c'était marrant la campagne. D'ailleurs on a continué d'y vivre, parce que comme on pouvait pas squatter éternellement chez eux bah ma maman elle a acheté une grande maison pas loin.

Et puis le séjour il m'a permis de limiter les dégâts du choc, aussi. Et de redevenir à peu près comme avant. Et puis j'avais appris le français, vu que mon papa il était tellement fort qu'il parlait presque aussi bien français que ma maman. Donc finalement je me suis plutôt bien intégré en France. Et puis c'était marrant d'avoir qu'un bus le matin et le soir. Un peu chiant, mais marrant. Bon et puis aussi j'ai commencé à rien foutre en cours à partir de la... 4ème me semble. Parce que ma maman elle s'en fichait un peu de mes notes parce qu'elle aussi ça avait pas toujours été très glorieux en cours. T'façon, je lui ramenais toujours des super notes dans les matières scientifiques ─ Maths, Physique-Chimie et SVT ─, les seuls matières qui m'intéressaient en fait ; ça lui suffisait pour se dire que j'avais un avenir.

Elle était devenue plus gentille aussi ma maman. Elle arrêtait de me gronder à la moindre connerie, et puis elle faisait plus attention à moi et à ma sécurité. Ça m'étouffait presque mais je pouvais pas lui en vouloir. Elle aurait sûrement pas supporté de me perdre aussi. Et j'aurais pas supporté non plus de la perdre. ... Putain maintenant je me demande à nouveau qu'est-ce qu'elle est devenue. Non, non, pas négatif, positif, positif...

Ça me manque, la vie là-bas. J'ai l'impression d'être séparé de ma maman et de ses vannes incessantes depuis une éternité, c'est horrible. J'aimais bien aussi quand elle râlait quand je sortais avec une fille. Elle avait peur de me perdre, c'était mignon. Je la taquinais souvent avec ça. Et avec le fait que j'aie fini par faire plus d'une tête de plus qu'elle mais ça encore c'était naturel. Mais t'façon ma maman c'est la plus géniale des mamans du monde. Même si elle m'empêchait presque de dormir ailleurs qu'à la maison. Et qu'elle détestait que je rentre tard. Mais j'peux pas lui en vouloir, elle s'inquiétait et c'était normal. J'peux en vouloir qu'à ce connard de lapin qui nous a séparés y'a... Euh. Depuis avant la fin de l'année scolaire quoi. Genre le seul truc bien c'est qu'il m'a empêché de passer le bac qui approchait. Ah et puis sans lui j'aurais pas rencontré Alice et Blaise huhu. Ni Shawn. Ni Dolce mais je sais pas si je m'en serais pas passé par contre ─ ne lui répétez pas sinon elle va encore me diminuer mon salaire. Ni Jane.

... Jane. La rencontre la plus bizarre de ma vie. Genre, elle m'a sauvé la vie quoi ! J'm'en souviens encore trop bien quoi. Genre j'étais pourchassé par une bande de gros lâches que j'avais fait chier et qu'avaient cru malin de se mettre à plusieurs pour vouloir me taper. Mais Etan est fort et rapide, et je leur échappais ! ... Jusqu'à ce que je lui rentre dedans. Jane. Du coup j'ai cru que ma dernière heure avait sonné, parce que elle était pas bien contente que je l'aie faite tomber. Mais au lieu de ça bah c'est grâce à elle que je suis en vie ! Elle est si forte, si courageuse, si- pardon. Alors après ben moi je l'ai trainée au bar comme ça elle avait un travail et elle pourrait survivre à Madland ! Bon, ça c'est la version officielle, j'avais juste envie de pouvoir rester avec elle. Y'a pas que des avantages parce qu'elle me tape et me gronde souvent parce que je fais que des conneries. Mais c'est pas grave, j'aime bien ça moi, elle fait ressortir mes tendances maso en fait.

Bon. Je crois que j'ai fini. Non parce que là j'ai plus grand chose à dire maintenant que j'ai parlé de mes potes ─ et plus si affinités. Enfin je pourrais continuer de vous parler de Jane, je me sens d'humeur là. ... Nan, vous voulez pas ? Vous savez pas ce que vous ratez. Parce que vous voyez, Jane, c'est la meil- PAS TOUCHER LE MICRO. MON MIEN. A MOI.
»

Fin de la transmission.


ce fut. très dur de ne pas mettre de smileys partout.




Et puis j'ai rencontré une fille en forme de fée.
      Surnom : Koko. o/
      Age : Je sais plus. What a Face
      D'où connaissez-vous le forum ? J'ai mes sources. Cool
      What else ? J'aime Jane. ♥️

- - - - - - - - - - - -


[ DANGER, DANGER ! ]


Dernière édition par Etan J. Evans le Ven 25 Mar - 22:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sex symbol
avatarHi darling, i'm Alice, nice to meet you. ♥
Sex symbol


»Messages : 42

»How old are you : 19 ans, chérie.
»Where are you : Dans ton lit. ~♥
»What's your job : Gérant du Red Shop


Heart Card
»Your Quote: I'll blow down your house and then I'm gonna eat ya.
»Your Mood: Retourne toi? Mh, ouais, c'est mieux comme ça.

MessageSujet: Re: Etan } As we dance with the devil tonight.    Jeu 24 Mar - 17:59

ETAAAAAN. ♥

... Kuff.
Bon. Tu sais déjà ce que je-- on en pense, hein?
Que c'est merveilleux, drôle et aussi que ça donne envie de pleurer à Jane quand tu racontes ton histoire? Ouais, tu le sais. Puis j'aime pas complimenter les padawans.

Tu es Validé > Outsiders. 8D

- - - - - - - - - - - -

T'as beau gémir, je ne t'aime pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Etan } As we dance with the devil tonight.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Welcome in Madland :: Madland's Door :: Madland's People :: Présentations Validées :: OUTSIDERS-
Protected by Copyscape Online Plagiarism Detector 


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit