Partagez | 
 

 miss ___ tout disparaîtra.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
,
avatarHi darling, i'm Miss, nice to meet you. ♥
,


»Messages : 4

»Where are you : blake shop.
»What's your job : propriétaire du shop cité.


MessageSujet: miss ___ tout disparaîtra.   Ven 13 Mai - 23:41


_____ le vent nous portera




    feat – dokuro chrome - KHR
      NOM - Scott
      PRENOM - Blake
      AGE – 22 ans
      CLASSE SOCIALE - roturiers.
      ORIENTATION SEXUELLE – Eliott suffit hein.
      SITUATION – Scott, Scott, hum ? Blake ne dit pas son nom à tout le monde, son prénom elle s'en tape, mais le nom ! Scott, il est connu. C'est une des familles aristocratiques de Madland, et Scott, Scott, oui, c'est connu. Autant dire que si quelqu'un sait qu'elle est une Scott, on saura qu'elle vient de LA FAMILLE des Scott et pas une autre. Alors chut. Et Blake se sent beaucoup plus libre depuis qu'elle tient sa boutique avec son adorable mari. Tenir une boutique, c'est chouette, davantage avec son âme-soeur.


_____ des méandres au creux des reins

    Miss, ou une de ces demoiselles ravies, ou ravissantes, barrer la mention inutile. Une tenancière comme une autre, n'est-ce pas ? « Votre monnaie. » Mais pas de « revenez nous voir. » Non, elle sait que le Blake Store est un des phares du marché noir. Tu viens au marché noir, tu vas voir le Blake Store. C'est la référence. Elle le sait si bien qu'elle n'a pas besoin de sourire et de fournir de tels accommodements pour faire revenir la clientèle. Même pas. Elle baisse son regard de son comptoir perché, compte rapidement l'argent, te le redonne soigneusement. Non, la tenancière tient bien sa caisse elle-même, on ne fait jamais confiance qu'à soi-même, un truc du genre, dit-elle. Le rangement, ça, par contre, non. Et puis les renseignements, non plus. Elle se contente de gérer les finances.
    Pourquoi abîmer ses jolis gants noirs, sa délicieuse robe en mousseline, ses bas de dentelle, ses chaussures délicates. Pourquoi faire travailler ses petites mains, peiner ce visage, user ce corps frêle.
    Il y a bien de ça dans le regard de Blake. Un regard plutôt normal, si on ne tient pas compte du cache-œil effroyable qui rend la jeune femme très sombre. Absence de sourire, d'une marque d'affection quelconque. Jamais Blake ne quitte son regard envoûtant et si froid. Tellement d'effet avec un œil, un seul œil ! Un œil bleu océan, océan abyssal et nocturne. Océan parcouru de nuages, de tempêtes, de frissons, de radeaux désespérés. Et l'autre ? Violet. Comme les tréfonds des grottes, l'évaporation des gaz toxiques. C'est bien celui-là qu'elle cache.
    Des vêtements toujours sombres. Élégants mais sombres. Comme ses cheveux. Gracieusement relevés, laissant voir sa nuque blanche et ses tempes. Des cheveux noirs, raides, souples et agréables, mais toujours noués. Libres, ils ne perdent pas de leur charme, et donnent un style plus volage et libertin à la jeune femme déjà très stricte. Mais il sera plus courant de la voir dans une longue robe pudique noire, avec des cheveux impeccablement coiffés et la tenue d'une parfaite lady.


_____ un instantané de velours

    On peut la voir rire. Oui on peut. On peut la voir rire dans sa chambre « prénuptiale » avec son tendre Eliott, on peut la voir rire en lisant son journal au petit déjeuner, on peut la voir rire quand elle regarde des enfants jouer de sa haute fenêtre, mais après, n'y comptez pas. Et puis pour accéder à sa chère chambre, sa salle à manger ou sa fenêtre, n'y comptez pas non plus.
    Miss prend un air très torturé et ombrageux lorsqu'elle n'est pas dans ces lieux-là et fait pousser son asociabilité jusqu'au maximum. Être aimable ? Non. Paraître aimable ? Jamais.
    Chaque mot lâché en public lui coûte un effort, mot inutile j'entends. Si c'est un mot à motif héroïque, tant mieux. Par exemple éviter à quelqu'un la honte de sa vie en lui disant qu'il achète un truc bien inutile, arnaqueur, et surtout, qu'il ne fasse pas genre. Avec une tête comme … D: Excusez-moi c'est ma kikoo inside qui reflotte. Non, Miss est silencieuse. Silencieuse, mais pas timide. Silencieuse, mais pas discrète. Elle ne veut pas vous parler. Si vous êtes romantique, vous diriez qu'elle est bien trop occupée à penser à son Mister. Et si vous êtes cynique, vous diriez qu'elle est rebelz de la life. A vrai dire, aucune étude n'a été menée.
    Mais c'est une femme tout à fait équilibrée. Douce et cruelle à souhait. Heureuse et désespérée. Soulagée et angoissée. Tout un mélange, un équilibre, toujours dans la moyenne. Miss est quelqu'un d'affreusement banal, hormis son physique étrange. Miss pleure et rit, en cachette certes, mais est bien humaine. Elle se vexe facilement et est très rancunière, mais arbore toujours la même dégaine juste blasée.
    Déconnectée. C'est ça.
    Seul Eliott avec ses bras peut la faire redescendre, lui faire rendre compte, qu'elle est bien humaine, et qu'elle peut rire.


_____ tout disparaîtra mais...

    < Blake, es-tu heureuse ? >
    Heureuse ? T'es marrant toi. Blake avait l'air de tout, sauf du bonheur. Blake qui regardait inlassablement sa robe blanche. Blake qui se passait les mains dans les cheveux, se tordait les joues, se tirait les manches. Blake pour une des premières fois de sa vie était extrêmement angoissée.
    Elle reporte son regard atterré à son père, cet homme au sourire immortel depuis que les Grant lui ont serré la main et accordé le mariage. Ou plutôt l'inverse. Depuis que les Grant lui ont demandé la main de sa fille, ce qu'il attendait avec impatience depuis... depuis la naissance de Blake, en fait. Heureuse, sa fille ? Heureuse ? Elle chercha à lui faire voir. Toute sa contrariété et son envie de pleurer. Mais son père avait l'air si heureux. Il s'était acheté une nouvelle montre, une belle montre en or, et elle brillait fièrement, et sa chaîne, sa chaîne neuve aussi narguait la demoiselle !
    Elle passe ses mains dans le doux tissu de sa robe blanche. Dans un moins, elle la mettra, avec une coiffe, des fleurs, et elle s'unira à cet homme. Ce n'est pas si mal, n'est-ce pas ? Eliott est quelqu'un de beau, charismatique, gentil, noble, cultivé, attentionné, et il est jeune... Blake pensait à ses amies, comme Anna, qui a fini avec un quadragénaire satyre. Non, la brunette s'en tirait bien.
    Elle allait se marier avec son ami, son ami, son premier ami, peut-être. Un très cher ami. Eliott, avec qui elle construisait des châteaux de carte, et ils mettaient toujours la reine de cœur en haut. Et oh ! Blake tremblait, Eliott riait, et le château s'écroulait. Ils couraient ensemble à l'école, avec leurs uniformes serrés, en retard, soit parce qu'elle s'était perdue, soit parce qu'il flânait exprès. Elle allait se marier avec ce brun qu'elle avait toujours vu rire, et dont elle se disait qu'ils allaient rester amis jusqu'à la fin de leur vie. Bien qu'elle ne montrât aucune amitié, aucun amour à son ami, elle y tenait beaucoup. Perdre Eliott ? Jamais. C'était perdre un frère, un jumeau, une moitié.
    Et là, elle perdait Eliott. Elle le perdait pour retrouver un mari. Un mari avec qui suivre des protocoles. Un mari à qui il faudra des héritiers, une bonne image, une épouse parfaite. Un mari. Plus d'Eliott. Juste mister Grant.
    Et elle regarde encore cette robe blanche. Son tissu est soyeux. Doux. Soigné. Immaculé.
    Dans un mois elle la portera. Eliott la touchera. Non, mister Grant l'effleurera. Peut-être il l'enlèvera. Et mister Grant connaîtra sa peau. Son dos. Son ventre. Son cou. Il la connaîtra. A nouveau. Il ne connaîtra plus Blake Scott, il connaîtra Mrs Grant. Tous les deux se redécouvriront au fil des années, penseront avec bonheur à leur enfance naïve.
    C'était horrible.
    Son père lui faisait de la peine. Lui avait l'air heureux. Et que pouvait-elle faire. Fuir avec ses petits souliers fragiles ? Il avait l'air heureux, sa mère aussi.
    < Oui, je suis heureuse, père. >


    C'était assez terrifiant de se dire que le seul ami qu'on avait en ce monde allait devenir ce mari tant attendu, qui apporterait une deuxième relation extérieure à la demoiselle. On finissait les préparatifs. Le quartier entier se vantait de la beauté de la demoiselle Scott dans sa robe blanche. Le doux velours crémeux et le satin perlé s'accordaient avec harmonie au corps petit et aux cheveux sombres de Blake.
    De son côté, Eliott aussi était admirablement décrit, dans son costume.
    Ils ne s'étaient pas vus depuis des mois. Depuis que l'idée de l'union avait germé dans la tête des quatre parents. Blake avait fini d'aller à l'école et ne voyait personne. Ses amies, du même milieu bourgeois qu'elle, étaient mariées, progressivement. Souvent, au fil des semaines, la classe perdait des filles. Pour noces. Au fil des semaines, il y avait moins de filles dans la classe. Celles qui restaient n'étaient pas forcément les plus pauvres, au contraire, les moins bien placées étaient pressées de gagner quelques places dans l'échelle sociale, grâce à un époux. Certaines étaient heureuses, d'autres non.
    Blake, elle, ne voulait pas se marier. Elle voulait juste continuer à étudier les livres, les sciences humaines, obtenir un doctorat, et peut-être faire partie de l'élite savante de la royauté.
    Eliott se moquait souvent d'elle. Il ne la décourageait pas, mais grâce à lui, elle se rendait compte des problèmes auxquels elle devait faire face. Grâce à lui il s'améliorait. Et ah ! Le traître qu'il était. C'était lui qui allait la priver du bonheur de la liberté et du savoir. Blake finirait mère aristocrate, peut-être relation de la reine, peut-être dans la très haute aristocratie, mais elle aurait perdu son bonheur et son goût de vivre.
    Certes partager sa vie avec son meilleur ami était un sort à bien envier. C'est bien pour cela qu'elle ne se plaignait pas. Elle trouvait son sort déjà assez clément et avait peur de blesser le concerné. Elle tenait à Eliott plus qu'à ses parents même. Eliott était sa moitié. Elle n'avait pas besoin de lui parler pour qu'il comprenne. Ils avaient grandi, avaient appris tout de la vie ensemble. Ils ont lu ensemble leurs premiers livres, ont fait ensemble leurs premiers trajets jusqu'à l'école. Et maintenant il allait devenir son mari. Le mariage apporte l'amour ? Non, le mariage allait rendre cette amitié colorée et goûteuse fade. Leur amitié, il n'y en aura plus. Il faudra faire des enfants. Difficile de s'y prendre lorsque c'est son meilleur ami. Il faudra décaper, arracher, gratter toute amitié possible pour songer à des enfants. Et quand l'amitié aura été anéantie, il restera peut-être un peu d'amour que le mariage et les enfants aura créé. Mais ce sera un amour chimique.

    < Blake ! >
    Elle n'arrivait pas à dormir. Leur mariage était dans quelques jours. La robe l'obsédait. Elle la touchait, la trouvait douce, mais atrocement repoussante. Elle avait peur. Peur du jour. Peur du visage d'Eliott aussi. Elle ne luttera pas. Blake n'avait jamais lutté. On l'avait élevée comme ça. A l'école elle apprenait ça. Elle ne luttera pas.
    < Blake ! >
    Elle se lève. Est-ce celui qui s'occupe des chiens ? Le petit Grey s'échappe toujours. Souvent on le retrouve dans la chambre de Blake. Il n'y aura plus de Grey, non plus. Grey la réchauffait parfois, quand il s'échappait et qu'il se blottissait contre elle. Elle avait froid. Dans quelques jours, elle dormira avec Eliott. Et elle regrettera ce froid rassurant malgré tout.
    Oh. Eliott. Dans une tenue qui lui seyait mal. Dans le sens où elle n'avait pas l'habitude de le voir ainsi. Il était beau, dans sa redingote de voyage. Il souriait. Et elle se rendit à quel point il lui avait manqué. Mais pourquoi venir la voir si ils se mariaient dans quelques jours ?
    < Descends par ici. N'emporte rien. >
    Aveuglément elle obéit. Un dernier coup d'œil à la robe blanche.
    Adieu.



    < Pourquoi, Eliott ? >
    < Parce que tu le mérites, Miss. >
    < … Merci, Mister. >
    Avec le mariage, un amour artificiel se serait formé. Celui là, l'est-il ?


_____ hemdeher iksdé.


      SURNOM : Reeree Gun June Halloween.
      AGE ; joker, quinze quand même.
      D'OU CONNAISSEZ VOUS CETTE SUBLIME BEAUTE POETIQUE ET MELODRAMATIQUE DIGNE DES PARENTS ET DE LA SOEUR DE MISS ? Je suis un génie.
      WHAT ELSE ? Mince j'ai oublié le code je vous dis ça en finissant ma fiche. Putain j'ai retrouvé ce fut dur Nespresso. ♥ {S.} ET PUIS COMME ÇA M'ÉTONNE PAS HEIN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
,
avatarHi darling, i'm Shawn J. McGordon, nice to meet you. ♥
,


»Messages : 3


MessageSujet: Re: miss ___ tout disparaîtra.   Ven 13 Mai - 23:47

    Miss dans toute sa splendeur. ♥
    Ah, tu incarnes si bien ce prédéfini. J'ai même pas besoin de relire ta fiche pour me souvenir à quel point elle est sublime. ♥

    Validée, évidement. ♥
    (mange ça Queenie cette fois c'est moi. 8D /PAN/)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

miss ___ tout disparaîtra.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Welcome in Madland :: Madland's Door :: Madland's People :: Présentations Validées :: ROTURIERS-
Protected by Copyscape Online Plagiarism Detector 


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit