Partagez | 
 

 I'm Here — King's Sheet.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarHi darling, i'm Invité, nice to meet you. ♥
Invité



MessageSujet: I'm Here — King's Sheet.   Lun 2 Aoû - 22:53

King of Heart
Welcome Home, People.


King of Heart — feat TYL Belphegor - Katekyo Hitman Reborn!

Nom : Inconnu
Prénom : Matthew
Age : 21 ans
Classe sociale : Roi de Coeur.
Orientation sexuelle : Hétérosexuel

Sa situation —

« Que dire... C'est le Roi ! Marié à la Reine. Enfin, marié, c'est vite dit. Officiellement, il l'est. Malgré ça, il s'en fiche un peu. Lui, ce qu'il aime, c'est observer le peuple. Regardez bien, dans la rue. Vous croiserez peut-être un jeune homme habillé cool, mais qui vous épie discrètement derrière sa longue frange blonde. Vous n'avez pas remarqué sa couronne ? Mais regardez donc mieux ! Et maintenant, suivez-le. Discrètement, bon sang ! Ah, voyez. Il se dirige vers le Heart Castle, où il vit avec ses serviteurs et sa femme, la Reine. Sachez que s'il se cache, c'est simplement car, contrairement à sa majesté la Reine, il se fiche de la célébrité. Il est riche, il est beau, il a tout ce qu'il veut, oui, mais ne lui demandez pas, n'osez même pas poser la question de vendre son image à son altesse. Sa réponse serait non, et il vous proposerait poliment d'aller voir ailleurs. »



  • The King's Physical


    Le Roi de Cœur. Vous avez du mal à vous en faire une image, n’est-ce pas ? Ne pensez pas au petit bonhomme d’un mètre vingt les bras levé qui apparait dans le dessin animé d’Alice au Pays des Merveilles. Ah ça non, le vrai Roi de Cœur n’est pas du tout pareil. Autant physiquement que mentalement. Oubliez le Roi qui, lui-même, était presque serviteur de sa majesté, sa femme. Oubliez celui qui avait peur de sa femme. Oubliez tout de ce vulgaire petit homme. Notre Roi, lui, n’est pas du tout comme ça.

    Le Roi ne ressemble pas à un Roi. Comment cela est-il possible, vous direz-vous ? Ce n’est pas qu’il n’assume pas sa situation, loin de là. Juste qu'il n'aime pas la célébrité. Il se cache, se mêlant au peuple, à la foule environnante qu’il observe de si près. En fait, physiquement, il a simplement l’air d’un jeune homme fortuné, laissant tomber la grosse cape et le sceptre, ou tout autre symbole de royauté.

    Le Roi à une silhouette plutôt frêle, et peu robuste. Il n’a pas un style banal, loin de là, juste qu’il arrive extrêmement bien à se faufiler discrètement parmi la foule. Si vous vous remettez l’image du Roi de Cœur présent dans le dessin animé, vous remarquerez qu’il a une moustache, petite certes, mais il en a une quand même. Eh bien, supprimez-la. Notre Roi a un beau visage, impeccable, sans aucunes imperfections ni moustaches, barbes. Remarquez que le petit roi a une assez longue chevelure qui remonte en boucle au bout. Notre Roi a une plutôt longue chevelure, je l’avoue. Mais ses cheveux blonds vénitiens sont bien lisses, parfaitement coiffés, même s’ils ont l’air un peu en bataille. Ses yeux d’un gris profond son bien cachés derrière son imposante frange blonde. Celle-ci lui est d’ailleurs favorable afin de pouvoir observer discrètement son peuple. Ne me demandez pas comment il fait pour voir quoi que ce soit derrière ce rideau de cheveux, je n’en sais rien du tout.

    Tiens, parlons de son visage. Il a des traits incroyablement fins, un nez et une bouche que l’on pourrait qualifier parfaits, eux aussi, des yeux argentés qui donnent l’impression désagréable d’être épié au moindre geste… Le Roi à un visage presque angélique, si ce n’est que son sourire, montrant ses dents d’une blancheur éclatante, lui donne un air psychopathe. Il n’est pas rare de voir sourire le Roi, car il n’est pratiquement jamais en colère. S’il l’est, son sourire se fera encore plus effrayant, et ses yeux perçants vous glaceront le sang.

    Vous l’aurez remarqué, l’image du petit roi a la voix aigue du célèbre dessin animé est tellement pathétique à côté de celle, parfaite, du beau Roi de Cœur ici présent.


  • The Caracter of the King


    Le Roi est d’un naturel calme. Rares sont les fois où il est en colère. Le plus souvent, il laisse la responsabilité de gouverner à la Reine, il n’a donc pas de problèmes, pas de stress. Non, il ne s’énerve presque jamais. Il ne crie jamais. Il se contente de sourire. S’il est en colère, son sourire se fera plus effrayant, lui donnant un air psychopathe. Si vous lui posez une question, il répondra simplement, lentement. Il est patient, mais déteste les phrases longues et ennuyeuses. Sa voix est reposante, et donne une imminente sensation de détente à celui qui l’écoute. Il n’est jamais brusque, et se déplace gracieusement et silencieusement.

    Comme tout humain, il y a des jours bien et des jours mauvais pour le Roi. Il lui arrive d’être de mauvaise humeur, et peut, dans ces cas-là, devenir moins sympathique et chaleureux que d’habitude. Antipathique, on va dire. Si c’est le cas, il vous répondra froidement ou esquivera votre question. Il ira alors se poser dans un coin du jardin, et risquerait de s’énerver si quelqu’un le dérange. A noter que ce sont les seuls moments où il ne sourit pas.

    Contrairement à la Reine qui, elle, est pessimiste, le Roi s’imagine toujours que tout va bien. Lorsque la Reine se lamente de quelque chose qui ne va pas dans son peuple, il lui répond toujours calmement que ça va s’arranger, que ce n’est que passager. Il est parfois même trop optimiste, et ça lui arrive de faire parfois quelques erreurs. Mais après, il s’en fiche, tant que ça ne le concerne pas.

    Il est narcissique et manipulateur. Narcissique ? Un peu. Il soigne son apparence. Il se trouve beau. Bah, c’est un Roi, quand même ! C’est toujours mieux qu’il soit narcissique, plutôt que modeste. Manipulateur ? C’est son hobby : Manipuler les gens. Son programme est simple : Il sort discrètement, se faufile parmi la foule et observe son peuple pour ensuite l’étudier afin de mieux le manipuler. C’est démoniaque, direz-vous. Mais le Roi éprouve une certaine admiration à son peuple. Lui qui n’a jamais connu la pauvreté ou la faiblesse, il admire leur façon de vivre. Et je reprends l’exemple que y’avait dans la fiche prédéfinie, c’est un peu comme un gars qui élève des fourmis. Il les observe pour les comprendre.

    Il est parfois incompréhensible, mais cela ne veut pas dire qu’il est fou. Dans sa tête, il sait très bien ce qu’il fait. Tout est calculé. Il est très persuasif et peut faire croire n’importe quoi à n’importe qui. Mais des choses extrêmement folles. En revenant sur sa particularité de pouvoir manipuler les gens, il peut leur faire faire n’importe quoi sans qu’ils s’en rendent compte. Comme s’il les hypnotisait.

    Il lui arrive d’être possessif. Pas jaloux, mais possessif. Il n’aime pas quand quelqu’un prend un objet ou un vêtement qui lui appartient sans lui avoir demandé, qu’on touche à sa couronne…

    Passons à ce qu’il aime. Il aime le thé, avec un sucre et des petits gâteaux. Il aime se faire respecter, et qu’on obéisse rapidement à ce qu’il a demandé. Il aime les décisions cruelles de sa femme la Reine, il trouve jouissif les cérémonies d’exécutions. Il aime être seul dans son coin, et qu’on ne vienne pas le déranger. Il aime sa liberté.
    Maintenant, ce qu’il n’aime pas. Il n’aime pas qu’on vienne le réveiller. Il se réveille en fonction de lui-même, et dort souvent jusqu’en début d’après-midi. Il n’aime pas qu’on lui pose trop de questions. Bref, vous aurez compris qu’il aime et qu’il n’aime pas beaucoup de choses, comme tout être humain. /PAF/


  • The Story of the King


    Février 1989 – Golden Street

    Un cri perçant retentit dans le bâtiment appartenant à la noble famille du nom de… Bah, le nom n’est pas important dans l’histoire. Tout ça pour dire que, ce jour-là, un joli poupon est né. Mais à cet époque, tu n’avais pas encore conscience que tu deviendrais roi, n’est-ce pas, Matthew ? D’après ce que je me rappelle, c’était plutôt vers tes cinq, six ans que tu rêvais de prendre le pouvoir. Mais tu étais encore trop petit pour te rendre compte des responsabilités que cela entrainait. Alors tu écoutais attentivement tes parents.

    Tu étais un gentil garçon, je me rappelle. Tu ne posais pas de questions par rapport au fait que tu n’allais pas à l’école, et que tu sortais uniquement accompagné d’un majordome. Tu as fini par t’y habituer, je pense. Mais tu ne sortais pas souvent. Tu passais tes journées devant la fenêtre, à observer les gens aller et venir dans la Golden Street. Mais en fait, je me trompe car, un jour, tu m’as demandé : « Pourquoi je ne suis pas comme les autres ? » , et là je t’ai répondu : « Ceux que tu appelles les autres n’ont pas eu autant de chance que toi. Soit heureux, car un jour, ils t’aimeront tous. » Tu n’avais pas compris, mais c’était normal. Tu étais encore un enfant.

    Tu étais l’avenir de la famille. Toi, et toi seul, héritier d’un grand nom. Mais c’est à ton adolescence que tout bascula. Tu ne suivais plus tes cours, te bornant à écouter sans vraiment prêter d’attention. Tu te faisais souvent punir, mais en vain. Plus rien ne t’intéressais. Tu restais devant ta fenêtre, comme obnubilé par la foule. Quelle déception au sain de ta famille. Eux qui attendaient tellement de toi. Mais rien ne pouvait t’atteindre. Même les pleurs de ta mère ne faisaient aucun effet. Tu n’avais aucune pitié pour les tiens.

    Ils n’eurent qu’une solution : Le mariage. Mais ce fut encore un échec. Tu avais dix-huit ans, tu accédas au trône. Tu devins Roi. Tu n’aimais pas ta femme. Rien n’avait plus d’intérêt pour toi. A ton mariage, tu te bornas à faire la cérémonie, mais pendant le banquet qui fut offert ensuite, pas un mot. Assis sur une chaise, tu regardais les invités passer. Tu as d’ailleurs remarqué ceux qui n’avaient rien à faire ici, mais qui profitaient juste du banquet, ceux (en partie, des femmes) qui s’égosillaient devant la Reine en te jetant quelques regards admirateurs, et ceux qui profitaient pleinement de la fête, ne pensant aux mauvaises choses. Tes parents, par exemple.

    Mais tu te souviens bien, du jour de l'anniversaire de ton mariage. Ce jour que toi et la Reine aviez été obligés de fêter. Tous ces invités, heureux d'être là. Et ce gros gâteau avec écrit "Bon anniversaire, Victoria". Tu te rappelles de tout cela. Tu te rappelles aussi de la crise de colère qu'avait faîte la Reine. Ca t'avait fait peine deux minutes, mais tu t'étais ensuite retourné vers le banquet. L'idée que la Reine était réellement, et vraiment en colère t'avait seulement effleurée. Tu n'avais pas cherché à en savoir plus.

    Toi, ce que tu souhaitais, c’était juste le trône pour toi. Le peuple pour toi. Oh oui, cette idée était purement jouissive pour toi. Un peuple entier rien qu’à toi. Le paradis ! C’est pour ça, que tu les observe de si près. Tu les admires en silence. Mais ça, depuis que tu es petit. Par la fenêtre, vue sur la Golden Street, la rue fourmillante de monde. Des enfants, des personnes âgées, des paysans, des riches… , il y avait toute sorte de personnes qui passaient ici.

    Maintenant que tu es Roi, tu as des responsabilités. Mais ça, tu t’en fiches. Tu laisses ta femme la Reine faire ce qu’il y a à faire. Et une fois de plus, tu déçois ta famille. Ta mère en tombe même malade. A cause de quoi ? Mais enfin, tu es devenu tellement instable qu’elle en a fait une dépression ! Et maintenant elle se meurt dans son lit. Ton père, plus costaud, est à ses côtés. Plus costaud ? Lui aussi est faible, et près à s’écrouler. Tous les deux, ils se lamentent. Ils se racontent la vie tellement heureuse qu’ils voulaient, et qu’ils auraient pu avoir. Mais toi, toi et ton cœur de pierre, tu ne vas même pas les voir. Tu disparais de leur vie. Et Vlan, quelques mois après, ils sont morts. Tous les deux.

    Et là tu sais plus quoi faire, hein ? Cœur de pierre. Ca va rien changer dans ta vie. Non, tu n’essayeras pas de prendre en main te responsabilités de roi. Tu continueras à fuir le trône. Tu ne prêteras pas plus attention à ta femme qu’avant. Rien ne changera pour toi. Mais tu continues à ne rien dire. Tu restes silencieux. Tu regardes par ta fenêtre.

    Et là tu repenses à ta famille. Ta famille ? Est-ce qu’on peut vraiment dire que c’était ta famille ? Et tu te souviens de tes parents. Morts. Des tes grands-parents. Morts eux aussi. Et ta sœur. Ah, ta sœur. Te souviens-tu au moins de son nom ? Elle qui a tant donné pour ses parents. Elle qui n’a pas dormi pendant des nuits pour être à leur chevet. Ta sœur est une bonne personne. Mais toi, tu ne veux qu’oublier. Oublier pour ne pas regretter. Oublier pour ne pas souffrir. Et tu pries. Tu pries pour que jamais, oh non jamais, tu ne revoies ta sœur.

    Car elle pourrait, à elle seule, tout foutre en l’air.


Me ?
What do you Know ?


Surnom : Pindin PinPin ♪
Age : Un, Deux, Trois, Quatre, Cinq, Six— ...
D'où connaissez-vous le forum ? Fhu huhu.
What else ? ... Nespresso. ♥ {C.}




Dernière édition par King of Heart le Mer 4 Aoû - 22:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarHi darling, i'm Invité, nice to meet you. ♥
Invité



MessageSujet: Re: I'm Here — King's Sheet.   Mar 3 Aoû - 22:18

Test RP
J'ai fini. ♪


    ... 2010 – Heart Castle

    Playlist — Clannad , Tomoyo Piano - Rivulet ♪

    Quelle heure il était ? Je n’en sais rien. Je me levais de mon lit. Mon dieu, ce que mes réveils étaient durs. Surtout parce que je ne dormais pas. En effet, chaque nuit, un cauchemar épouvantable rongeait mon esprit. Le pire ? Je ne pourrais vous dire de quoi il s’agit, car je n’ai jamais aucun souvenir de mon rêve. Je ne me rappelle même pas un tout petit peu de l’histoire. Et chaque soir, lorsque je me couche, je m’efforce à me dire « Rien ne va se passer, je vais bien dormir, sans me réveiller ». Et chaque soir, c’est la même chose. Chaque soir, j’ouvre les yeux, paniqué et en sueur, fixant le réveil qui affiche quatre heures du matin.

    Je fais ces cauchemars depuis longtemps. Deux ans, je crois. Cela n’a rien à voir avec le lit, ni avec le château, car j’ai vécu au moins un an sans problèmes. Cela n’a non plus rien à voir avec Queenie. Et aucun rapport avec le mariage. Je n’en sais rien. Mais en fait, j’ai peut-être une idée. Mais cette idée m’effraye, et je ne préfère pas y penser.

    … Oui, bon. Maintenant que j’en ai parlé, je ne vais pas laisser ça en plan, comme ça. En fait, je me suis dit que tous ces cauchemars étaient peut-être ma punition. De quoi ? Eh bien, ma punition d’avoir délaissé toute ma famille. Ne pensez pas que j’ai des regrets. Je n’en ai aucuns, et je n’en aurais jamais aucuns. Mais plus sérieusement, ma vraie pensée, ma vraie crainte, et j’y ai déjà réfléchi, c’est que l’esprit de mes parents me hantent. C’est totalement ridicule, je l’avoue, et totalement impossible ! Impossible…

    Ridicule. Rien qu’en y repensant, je trouve cela moi-même ridicule. Et idiot ! Oui, c’est idiot de penser que des esprits vengeurs et, qui plus est, ceux de vos propres parents, viennent vous punir de les avoir oubliés. Mais alors, donnez-moi la vraie raison de mes cauchemars. De plus qu’ils sont embêtants. Ben oui, déjà qu’ils m’empêchent de dormir, mais en plus, la Reine est déçue car je ne passe pas assez de temps avec elle. Mais je ne vais rien dire. Non, je ne vais dire à personne que je fais des cauchemars. Arrêtez, c’est digne d’un enfant de six ans, cette réaction. Je vais laisser passer, juste attendre que ça s’en aille.

    J’ouvrais ma fenêtre, et fus ébloui par ce soleil éclatant. En effet, il était déjà treize heures. Et les rayons du soleil me caressaient déjà doucement la peau. Je restais quelques minutes, appuyé sur le rebord, à profiter du calme et de la chaleur.

    Mais trêve de bavardages. Peu importe l’heure qu’il est, il était temps que je fasse ma sortie habituelle. J’enfilai ma veste, remis ma couronne en place sur ma tête et pris la direction de la sortie, étouffant un léger ricanement. J’étudiais depuis longtemps la populasse environnante qui vivait dans mon Royaume. Enfin, à Madland, quoi. Les paysans, les bourgeois, tous ceux là, ils m’intéressaient de près. Même si ce sont de toutes petites fourmis inintéressantes et sans valeurs, je les admire un peu. J’admire leur façon de vivre. Leur vie est tellement différente de la mienne. Alors je les étudie pour mieux comprendre comment font-ils pour vivre, ou pour mieux les comprendre eux, tout simplement. Et je me poste dans un coin, sur la place principale de Madland, et je les regarde. Je les regarde passer. Je les regarde fouiner partout. Je les regarde se disputer. Je les regarde crier. Je les regarde rire. C’est fascinant.

    Pourquoi les étudier, me direz-vous ? En effet, c’est juste un peuple. Un peuple pauvre, qui travaille dur pour bien vivre. Mais moi, ce que je veux, mon vrai but dans cette histoire, c’est les étudier pour ensuite les manipuler comme il me plaira. Avouez qu’un peuple tout entier à vos pieds, c’est une idée alléchante. Le Roi, le Roi et son peuple. Le Roi et ses esclaves.

    Cette pensée m’arracha un vif sourire. Et apparemment, ce sourire n’était pas bien placé dans la situation. En effet, un homme plutôt costaud venait d’empoigner un enfant par le cou. L’homme lui hurlait dessus, comme quoi il devait rendre ce qu’il avait pris. Le petit garçon jurait sur Dieu qu’il n’avait rien fait, que c’était un malentendu. En tant que bon Roi, je me suis évidemment interposé.

    — Allons, n’allez pas faire tout un drame pour un objet sans valeur. Laissez donc cet enfant tranquille.

    Mais vu la réaction de l’homme qui, sur le coup, lâcha le gosse qui partit en courant, manquant plus d’une fois de tomber, je me dis qu’il n’avait pas l’air d’avoir envie de lâcher l’affaire tout de suite. Il me lorgna pendant quelques secondes, tandis qu’un troupeau se formait autour de nous.

    — Qu’est-ce que t’as dit, le mioche ?

    Hm. Je soupirai d’agacement. Un soupir qui, pour le costaud, fut la goutte qui déborda du vase. Il me prit par le col et tenta de me soulever. « Hein, qu’est-ce que t’as dit ? ». Il fut surpris de voir que je ne tiltais pas d’un poil, me bornant à lui sourire bêtement. Et soudain, mon visage changea littéralement. Je me penchais en avant, écartai les mèches de ma frange et le fixa. Mon sourire se fit plus large, et mon air psychopathe prit sa place. J’aimais bien. Alors je l’hypnotisais. Inutile de vous décrire la scène, vous en ferez des cauchemars.

    En tout cas, cela marche à tous les coups. Le costaud recula, regard vidé, esprit vidé, et manqua de perdre l’équilibre. Il pointa son doigt sur moi, mais s’évanouit avant d’avoir pu dire quoi que ce soit. Je repris ma tête normale, et penchais légèrement la tête. La foule me fixait. « Il s’est évanouit alors que le jeune homme n’a rien fait ! » « Mais que s’est-il passé ? » « Il ne l’a même pas touché ! ». Je me contentais d’hausser les épaules, puis tournai le dos à la foule, et repris le chemin du château. J’en avais assez vu pour aujourd’hui.

    En rentrant, je pris mon carnet. Là dedans, je notais tout ce que j’avais remarqué durant mes sorties. Ce n’était pas la première fois que j’assistais à une bagarre, ou que moi-même j’étais dans une situation comme celle que j’avais vécu aujourd’hui. Mais je notais tout. * L’hypnose marche effectivement bien sur les paysans… A tester encore une fois, par contre.*

    Je fermais le carnet. Oui, je ferais encore d’autres découvertes bien plus enrichissantes. Et un jour, oui, un jour, je manipulerais tout ce joli petit monde.


    *keep quiet.*
Revenir en haut Aller en bas
Pop, Pop & Gum ♫
avatarHi darling, i'm Chester, nice to meet you. ♥
Pop, Pop & Gum


»Messages : 87

»How old are you : 18 !
»Where are you : Somewhere, only we know ~
»What's your job : Servante de Queenie. *w*


Heart Card
»Your Quote: Haha ! Tu m'vois... Tu m'vois plus ! o/
»Your Mood: Come dance with me ! ♫

MessageSujet: Re: I'm Here — King's Sheet.   Jeu 5 Aoû - 18:59

    Putain tu peux pas savoir comment j'aime ta signature. *w*

    Jolie présentation, agréable à lire, j'ai repéré très peu de fautes, bref, perfect quoi. *w*
    Moi je n'y vois rien à redire, je pense que Queenie ne verra pas non plus d'inconvénients à ta présa. ♥

    Présentation Validée > Nobles

    Amuse toi bien ! ♥

- - - - - - - - - - - -

[ D O N ' T . T E S T . U S ]_____
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hi darling, i'm Contenu sponsorisé, nice to meet you. ♥



MessageSujet: Re: I'm Here — King's Sheet.   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm Here — King's Sheet.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Welcome in Madland :: Madland's Door :: Madland's People :: Présentations archivées-
Protected by Copyscape Online Plagiarism Detector 


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit